Plat du Jour : SBTRKT - SBTRKT (2011)

Publié le par Les Cuistots

 

 

sbtrk.png    

Chronique des Inrocks

 

Le trip-hop avait Massive Attack. La jungle Goldie. Le dubstep trouve aujourd’hui chez SBTRKT un supplément d’âme, la douce potion qui réchauffe le coeur dans un univers qui transpire le cambouis. 
Le Londonien a un avantage sur ses aînés : il peut leur soustraire (en anglais to subtract, d’où son nom) leurs plus belles incantations. Ce dont il ne se prive pas : Never Never puise ouvertement dans la drum’n’bass, Right Thing to Do milite pour le retour du UK garage, quand Pharaohs ressuscite ses momies à Chicago. 
Aaron Jerome ne pille pas pour autant, et ancre sa machine à danser dans le présent : beats ciselés, production lumineuse. La voix de Sampha, principal interprète de l’album et l’un de ses atouts majeurs, rappelle celle de James Blake. Et confirme que le dubstep est aussi une fabrique à chansons.

 

 

 


 

 

 

 

L'addition : Garage ? Jungle ? Dubestep ? on s'en b*****. Une chose est sûre: c'est un magnifique OVNI. Bon nombre de petits bijoux à l'intérieur et encore je pèse mes mots.  Bien vu Don C.

 

Publié dans Plats du Jour

Commenter cet article